Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sd.Kfz 222

par jp 22 Mars 2017, 15:42 1-48 hobby-master

SdKfz 222

SdKfz 222

En 1935, les premiers Sd.Kfz 221 sortent des chaines de productions.

Cependant, il est vite remarqué que l’armement léger de cette automitrailleuse (une simple mitrailleuse MG-34) va être rapidement insuffisant, même pour des missions de reconnaissances.
C’est pourquoi, peu de temps après, un nouveau véhicule est dérivé du Sd.Kfz 221 : c’est le Sd.Kfz 222.

Cet engin reprend la même base que son « grand frère », le Sd.Kfz 221, avec le même châssis, le même moteur et la même superstructure. De ce fait, sa mobilité et sa protection sont égales à celles du Sd.Kfz 221.

En revanche l’armement est autrement plus redoutable avec l’installation d’un 2cm KwK 30 dans une tourelle élargie pour accueillir un nouveau membre d’équipage qui a pour rôles de charger ce canon automatique (utilisé par le chef d’engin) et de servir d’opérateur radio.

Ce nouveau canon à la particularité d’avoir une cadence de tir élevée (280 coups par minutes) ce qui le rend encore plus redoutable face à l’infanterie ennemie et son élévation (+87°) lui permet d’engager les aéronefs passant à basse altitude.

Le Sd.Kfz 222 dispose aussi, comme armement secondaire, d’une mitrailleuse MG-34 de 7,92 mm coaxiale au canon de 20 mm.


De plus ses capacités de perforations correctes, lui permettent de mettre hors de combat la majorité des automitrailleuses et chars légers au moment de sa sortie. En effet un obus APCR PzGr.40 est capable de percer 49 mm d’acier à 100 mm à 30° soit largement la cuirasse d’AMR-35 ou d’AMD 178 françaises.





 

 

SdKfz 222 et SdKfz 221

SdKfz 222 et SdKfz 221




La production du Sd.Kfz 222 est lancée en 1936 et se poursuivit jusqu’en juin 1943 où la production cessera en faveur d’engins à 8 roues ou de semi-chenillés, plus à l’aise en tout-terrains.

La fabrication des 989 exemplaires fut divisée en sept séries qui avaient chacune des modifications au fur et à mesure que la production avançait.

Parmi ces améliorations, on relève qu’en 1938 le blindage frontal est porté à 14,5 mm d’épaisseur.

De même, une série de modifications majeure à lieu en mai 1942 : le châssis Horch est remplacé par le châssis sPkw I type V, un nouveau moteur de 3,8 de cylindré et développant 90 cv est installé et enfin un nouveau système de freinage hydraulique est mis en place. En même temps, son blindage avant est encore augmenté et atteint maintenant les 30 mm d’épaisseur.

Aussi, au cours de la production, le canon 2cm KwK 30 est remplacé par le plus moderne KwK 38 de même calibre.
Ce canon présente l’avantage d’avoir une cadence de tir plus élevée (480 cps/min contre 280 cps/min pour le KwK 30) ce qui le rend encore plus redoutable.
A contrario, sa cadence de tir élevée fait que les munitions emportée (180 projectiles) s’épuisent très rapidement.





 

SdKfz 222

SdKfz 222


Spécification techniques :


General :

Pays utilisateurs : Allemagne, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Chine …
Type : Automitrailleuse légère
Production : 989 exemplaires
Période de production : début 1936 à juin 1943

Equipage : 3 (conducteur, chef d’engin/tireur, opérateur radio/chargeur)





Mobilité :
Moteur : Horch 3,5 (puis 3,8) V8
Puissance : 81 cv (puis 90 cv)
Vitesse sur route : 85 Km/h
Vitesse en tout-terrains : 28 Km/h

Poids : 4.8 T
Pente : 26°


Armement :
Armement principal : 1 canon KwK 30 (puis 38) L/55 de 20 mm (180 coup)
Armement secondaire : 1 mitrailleuse MG-34 de 7,92 mm (1050 coup)


Blindage : 8mm

 

SdKfz 222 anti-aérien

SdKfz 222 anti-aérien

Au combat :


Le Sd.Kfz 222 est utilisé dans le même rôle que le Sd.Kfz 221, c’est-à-dire la reconnaissance, mais aussi l’exploitation de percée, les coups de mains et la couverture de retraite.
Il est lui aussi livré au Lecht-Konpanien des Auklarüngs-Abteilungen appartenant aux Panzerdivisionen et des Infanterie-Divisionen (mot).

Par contre son armement lui permet désormais d’être plus versatile et donc de pouvoir engager plus de cibles telles que l’infanterie, les véhicules non-blindés, les automitrailleuses, les chars légers du début du conflit et enfin les aéronefs passant à basse altitude.

Ceci est une énorme évolution depuis le quelque peu sous armé Sd.Kfz 221, mais cela reste insuffisant en cas de rencontre avec un T-34, de plus en plus utilisé pour la reconnaissance par les soviétiques.

C’est pour cette raison que cet engin, beaucoup construit, a été utilisé sur tous les fronts où le Reich fut engagé.
De la Pologne en 1939 jusqu’à Berlin en 1945, l’engin fut de tous les combat et ce malgré ses défauts tels qu’une mobilité insuffisante en tout-terrain, un blindage un peu mince, une certaine exiguïté et un emport en munition insuffisant.

Il fut néanmoins apprécié de ses membres d’équipage qui appréciait sa souplesse d’emploi, sa vitesse et sa petite taille.

Ces engins de reconnaissance furent beaucoup vendus aux alliés du Reich tels que la Roumanie, la Bulgarie ou encore la Chine …

De même, les qualités du Sd.Kfz 222 font que les engins capturés ont souvent été réutilisés comme par les soviétiques sur le front de l’Est ou les britanniques dans le Sahara. On parle également d’une réutilisation (au moins d’un exemplaire) par les français en mai 1940.

SdKfz 222

SdKfz 222

ici un sdkfz 222 au 1/48eme de chez hobby master 

commentaires

Haut de page